A l'origine, Pierre Rabhi, pionnier de l'agro-écologie

Pierre Rabhi

En 2001, Pierre Rabhi participe au séminaire « Chemins de l’alliance entre féminin d’Orient et féminin d’Occident » organisé par ESPOD, association marocaine pour la  promotion de l’entreprise féminine. Suite à ces rencontres, l’équipe fondatrice de Terre et Humanisme Maroc  organise une série d’activités au Maroc, avec Pierre Rabhi  et l’association française Terre et Humanisme – Pratiques Ecologiques et Solidarité Internationale (T&H-PESI).

Plusieurs rencontres sont organisées avec des populations paysannes, des autorités locales, des citadins, des universitaires. Toutes ces activités font  l’objet d’une large  diffusion par les médias marocains, où Pierre Rabhi et les membres fondateurs (Fettouma Benabdenbi, Zakaria Ouissafane, Abdelfettah Derouiche, Sabah Chraibi, Aïcha Krombi, Souad  Zebdi, Mohamed M'Jid), témoignent de leur engagement concret à la cause agroécologique au Maroc.

Membres fondateurs

 

 


Avant la création de l’association de Terre et Humanisme Maroc (2001-2005)

Trois sites servent de base d’expérimentation pour donner de la visibilité aux pratiques agroécologiques et permettre une sensibilisation, une diffusion et une appropriation par les populations ciblées.

Le site de Kermet Ben Salem (Province de Meknès), animé par Aïcha Krombi, devient un lieu de démonstration concrète des pratiques par la population locale, et d'accompagnement d’initiatives locales solidaires.

Le site de Ida Ougamade (Province de Taroudant) a permis de développer, autour du Moussem International de l’Arganier (festival de l’arganier) avec comme principal animateur - Zakaria Ouissafane -, toute la réflexion sur la nécessité de créer le Carrefour International des Pratiques Agroécologiques (CIPA).

Le site de Dar Bouazza (à 20km de Casablanca), avec son Jardin Pédagogique créé en 2003 par Fettouma Benabdenbi, permet de sensibiliser les populations et autorités locales, et de lancer une série de formations pour une  plus large diffusion.

Pierre Rabhi appuie et soutient largement cette dynamique, à travers l’association Terre et Humanisme – PESI  qui accompagne et finance les actions initiées.
Grâce au rôle de relais joué par Jean Rouveyrol et Maria Vargas et à l’implication de nombreux volontaires, toutes ces actions menées depuis 2001,finissent  par se structurer dans le cadre de l’association Terre et Humanisme Maroc, créée officiellement en juillet 2005.


 Après la création de Terre et Humanisme Maroc

Les projets initiés avant la naissance de l’association se poursuivent et s'enrichissent:

2005: Projet de création du CIPA (Carrefour des Initiatives et et Pratiques Agroécologiques)


C'est la plus grande ambition de T&HM , le CIPA se veut un centre de formation et de diffusion de l’agroécologie.
C'est un espace de recherche-action propre à l’expérimentation, à la sensibilisation et à la formation, permettant de tester et de diffuser des alternatives à la fois techniques et sociales, non seulement liées à une agriculture durable, mais également à des modes de vie responsables.

2005: Projet de recherche Agriculture Urbaine initié par l’Université Technique de Berlin.

Terre et Humanisme Maroc  intègre  le projet de la ferme pédagogique de Dar Bouazza comme projet pilote d’application.
Les activités menées autour de la ferme pédagogique reçoivent depuis le soutien de ce projet de recherche-action  qui  entend diffuser les principes de l’alimentation saine et créer une série d’activités autour de la solidarité ville-campagne.

2008: Création de la première formation nationale des animateurs agroécologistes marocains


L’urgence créée par la demande croissante en formation de paysans par de nombreux acteurs locaux – coopératives, associations, collectivités territoriales…, aboutit à la création de la première formation nationale des animateurs agroécologistes marocains.
Terre et Humanisme Maroc compte aujourd'hui 48 animateurs formés sur 3 promotions en mesure de répondre aux demandes de formation et de sensibilisation sur l'ensemble du Maroc.

2008: Mise en place d'une AMAP sur le site de Dar Bouazza


L’accompagnement des paysans voisins du jardin pédagogique de Dar Bouazza et la sensibilisation des consommateurs potentiels donne naissance à l’adaptation locale d’une AMAP (Association de Maintien de l’Activité Paysanne), le Partenariat Producteurs Agroécologistes Consomm’acteurs de Dar Bouazza (PPACDB),qui grandit grâce au dynamisme de Bouchaïb Harris, le responsable du site.

2009:  Signature de la convention entre Terre et Humanisme Maroc et la Faculté des Sciences de Ben M’Sik


Organisée par le professeur Abdelfettah Derouiche,  elle donne aux actions de l’association une grande envergure, permettant une meilleure mobilité culturelle et sociale entre le monde de la recherche et le monde plus pragmatique des paysans.
La ferme pédagogique de Dar Bouazza est devenue de ce fait un carrefour de rencontres, d’expérimentation et de renforcement de capacités, entre paysans et universitaires. Un master écologique qui intègre une sensibilisation à l’agroécologie se met en place au sein de l’Université Hassan II Mohammedia.

2011: Lancement du projet  "femmes semencières"


Le projet est né du constat que le rôle des femmes dans l’agriculture est marginalisé alors qu’elles en sont un des acteurs incontournables.
Initié dans la ferme pédagogique de Dar Bouazza, l’objectif du projet est de former plusieurs groupes de femmes à la production et à la conservation des semences locales, afin qu’elles puissent développer des activités génératrices de revenu liées à la vente des semences.

2014: Développement du projet "femmes semencières"

Le domaine d'action du projet s’élargit, en partenariat avec l'ONU Femmes et Terre et Humanisme PESI, à 4 zones géographiques et environnementales différentes du Maroc : un site montagneux dans le Rif (Ghafsay-Taounate), un site aride (Skoura - Marrakech), un site oasien (Errachidia) et un site périurbain (Dar Bouazza- Casablanca).

2015: Inauguration du CIPA


Le Carrefour des Initiatives et Pratiques Agroécologiques est inauguré le 27 mai 2015. Il est situé au cœur du Maroc, au Douar Skoura dans la province de Ben Guerrir à 30 km de Marrakech.
Le CIPA ambitionne ainsi d’être le moteur du développement de l’agroécologie d’abord au niveau local, puis de servir de référence pour le Maroc et la zone méditerranéenne soumise aux processus de désertification.
Sur trois hectares, le centre, conçu en éco construction  avec  un savoir faire et des matériaux locaux fonctionnera en totale autonomie : eau, énergie et production alimentaire dans le respect des pratiques traditionnelles et la bonne gestion des ressources naturelles.